Opposition info

Sengbe Pieh : l’esclave qui s’est battu pour rentrer chez lui

La date exacte de la naissance de Sengbe Pieh est inconnue mais de nombreux historiens situent son année de naissance autour de 1814 dans l’actuelle Sierra Leone. On pense qu’il est né dans le district de Bonthe, dans le sud de l’île, qui est réputé pour la pêche et l’agriculture. Pieh deviendra plus tard un riziculteur. Au moment de sa capture, on dit que Pieh était marié et qu’il avait deux filles et un garçon.

De quel groupe ethnique est issu Sengbe Pieh ?

Bien que beaucoup pensent qu’il appartient à la tribu Mende, l’un des plus grands groupes ethniques de Sierra Leone, certains historiens soutiennent qu’il était en fait Shebro. L’île de Bonthe, également connue sous le nom d’île Shebro, a d’abord été habitée par le peuple Shebro, l’un des groupes ethniques minoritaires de la Sierra Leone. Les Mendes se sont ensuite installés sur l’île. En raison des mariages mixtes, la plupart des Shebros se considèrent désormais comme des Mendes. Les Shebros se sont tellement assimilés qu’il est presque impossible de faire la distinction entre Mende et Shebro en Sierra Leone.

Quelle est l’histoire de la révolte de l’Amistad ?

En janvier 1839, alors qu’il travaillait sur son riz, Sengbe Pieh a été capturé et vendu à des marchands d’esclaves espagnols à Sulima, dans le sud de la Sierra Leone. Pieh et de nombreux autres esclaves sierra-léonais ont ensuite été transportés de force à La Havane, à Cuba, où ils ont été vendus aux enchères.

Alors que les maîtres d’esclaves emmenaient Pieh et d’autres personnes en voyage à bord de La Amistad vers leurs plantations, Sengbe Pieh a réussi à briser sa chaîne et, après avoir libéré d’autres esclaves et s’être armé de couteaux de canne, il a mené une révolte. Ils ont tué le capitaine du navire négrier et le cuisinier et ont ordonné à leur futur maître de les ramener en Sierra Leone. Ayant peu de compétences en navigation, les hommes libres et plusieurs enfants sous le commandement de Pieh ont été trompés par le nouveau capitaine qui, la nuit, changeait de cap et retournait à Cuba. Cependant, une tempête a poussé le bateau vers les côtes des États-Unis. Pieh et ses collègues ont été arrêtés et accusés de meurtre et de piraterie.

Mais un groupe anti-esclavagiste, connu plus tard sous le nom de “Comité Amistad”, a réussi à défendre leur cause et les esclaves ont été libérés. D’autres avaient déjà perdu la vie pendant le voyage et la révolte. Après que le Comité Amistad ait réuni suffisamment d’argent pour le voyage de retour, Pieh et d’autres sont retournés en Sierra Leone avec quelques missionnaires américains en janvier 1842.

Quel est le rapport entre cette histoire et la fin de l’esclavage aux États-Unis ?

L’histoire de Sengbe Pieh a grandement inspiré le mouvement abolitionniste qui a fait campagne pour la fin de l’esclavage en Amérique. Aucun livre d’histoire sur l’esclavage aux États-Unis ne serait complet sans un récit de la bravoure de Sengbe Pieh. L’histoire de Sengbe Pieh est enseignée dans certaines universités et certains États ont des statues de Sengbe Pieh. Hollywood a produit un film basé sur l’histoire vraie de Pieh. Le retour de Sengbe Pieh en Sierra Leone a également ouvert la porte aux missionnaires chrétiens.

Où Sengbe Pieh a-t-il été enterré ?

Sengbe Pieh est mort en 1879. On sait peu de choses sur le fait qu’il ait retrouvé sa famille. On pense que Sengbe Pieh a été enterré dans un sanctuaire à Bonthe. Sengbe Pieh était un membre important de la société Poro, une société traditionnelle secrète. Sa tombe n’est donc accessible qu’aux membres du Poro. On pense généralement que le lieu de repos de Pieh possède des pouvoirs mystiques. Le ministère du tourisme prévoit d’exhumer et d’enterrer à nouveau Sengbe Pieh dans un autre lieu afin que le public puisse avoir accès à sa tombe.

Quels sont ses plus grands héritages ?

Sengbe Pieh croyait que tous les hommes sont égaux, quelle que soit leur race ou leur couleur. Il s’est battu pour sa liberté et celle des autres.

Comment les Sierra-Léonais se souviennent-ils de lui ?

Son portrait figure sur le billet de banque de la Sierra Leone. Un pont de la capitale Freetown a récemment été baptisé à son nom. Il est facile de voir des peintures de lui dans les rues de Freetown.

Avec DW

Add comment