----Annonce flash----

Journal Scientifique et Technique du Mali -(JSTM)-

Mission: Promouvoir la science au Mali, comme moteur de développement -- Site web: Cliquez ici -- Vous y trouverez gratuitement nos magazines scientifiques

En Ethiopie: 75 partisans de l’opposition Oromo arrêtés

En Ethiopie: 75 partisans de l’opposition Oromo arrêtés

Au moins 75 membres du Front de libération oromo (OLF) ont été arrêtés au cours des prochaines élections générales en Éthiopie. La plupart des arrestations ont eu lieu dans l’État régional d’Oromia, où la persécution des opinions politiques dissidentes a une longue histoire. Les autorités affirment que des personnes ont été détenues pour une «formation de réadaptation». Selon Amnesty International, il s’agit d’une répression des droits à la liberté d’association et d’expression des partisans de l’opposition avant les élections générales.

Ci-dessous un article de : Amnesty International

Amnesty International a confirmé qu’au moins 75 sympathisants du Front de libération des Oromo (OLF) ont été arrêtés ce week-end à divers endroits dans différentes régions de l’État régional d’Oromia, alors que les autorités éthiopiennes intensifient la répression des opinions politiques dissidentes avant les élections générales.

«Le retour des arrestations massives de militants et de partisans de l’opposition est un signal inquiétant en Éthiopie. Ces arrestations massives risquent de porter atteinte aux droits à la liberté d’expression et d’association avant les élections de 2020 », a déclaré Deprose Muchena, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique orientale et australe.

Des arrestations ont eu lieu dans tout l’État, notamment dans la ville de Finchawa, dans la zone ouest Guji d’Oromia, et dans la ville de Shambu, dans la zone Horo-Guduru Wallaga d’Oromia.

Parmi les personnes arrêtées figurait Chaltu Takele, un éminent militant politique. Le 26 janvier à 5 heures du matin, la police est entrée par effraction au domicile de ses parents dans la ville de Shambu, Horo-Guduru Wellaga, et l’a arrêtée. Elle est détenue au poste de police de Shambu.

Chaltu Takele a passé plus de huit ans en prison entre 2008 et 2016 après avoir été accusé d’être membre du Front de libération Oromo, que le gouvernement éthiopien avait classé comme «organisation terroriste». Le Parlement éthiopien a radié l’OLF et d’autres groupes d’opposition politique des groupes terroristes interdits en 2018. Chaltu a également été arrêtée et détenue brièvement en 2017, puis à nouveau en 2019 alors qu’elle était enceinte.

Les arrestations du week-end sont les dernières d’une longue série d’arrestations massives de militants de l’opposition. La police et l’armée éthiopiennes rassemblent des personnes pour une «formation de réadaptation» depuis février 2019. Après avoir passé du temps dans divers centres de détention militaires et policiers, la plupart ont été relâchées entre septembre et novembre 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *