----Annonce flash----

Journal Scientifique et Technique du Mali -(JSTM)-

Mission: Promouvoir la science au Mali, comme moteur de développement -- Site web: Cliquez ici -- Vous y trouverez gratuitement nos magazines scientifiques

L’opposition sera au pourvoir en 2023: Ce qui se prépare!

L’opposition sera au pourvoir en 2023: Ce qui se prépare!
Si l’élection présidentielle de 2023 est encore loin, les grandes manœuvres ont débuté au sein de l’opposition, où chacun espère profiter de ce premier scrutin à deux tours pour devenir le champion de l’alternance.

En privé, tous ont les yeux rivés sur la même échéance : le scrutin présidentiel de 2023, le premier à deux tours de l’histoire du pays. Tous font le même calcul. Le candidat d’opposition qui parviendra à se hisser au second tour face au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) aura une chance inédite, par la magie du report des voix, de conquérir la magistrature suprême. Alors, chacun se prépare et tente de se mettre en ordre de marche pour ne pas être pris de court par ses adversaires… et ses potentiels alliés.

Les 5, 6 et 7 décembre, l’Union nationale (UN) a ainsi tenu son congrès ordinaire. Au menu : un copieux programme politique, quelques pincées de discussions sur les perspectives économiques et, surtout, une bonne dose de cuisine interne. Zacharie Myboto, son président et ancien ministre de 82 ans, devait en effet quitter son poste au soir du 7 décembre. Seulement, le programme a changé. Le bureau politique national a ainsi refusé d’élire le vice-président Paul-Marie Gondjout comme nouveau chef de file, repoussant sa décision à un prochain congrès extraordinaire, dans trois mois.

La présidentielle en ligne de mire

Seul candidat, ce dernier, marié à Chantal Myboto (mère d’Onaïda Maisha, demi-sœur d’Ali Bongo Ondimba), est le gendre de Zacharie Myboto. « L’UN s’est créée en luttant contre la dérive dynastique des Bongo. Nous ne pouvions pas choisir Paul-Marie, quelles que soient ses qualités. Le message n’aurait pas été bon », confie un membre du bureau. Le parti a donc repoussé d’un trimestre la retraite du patriarche des Myboto, en attendant que d’autres candidatures émergent. Si Paul-Marie Gondjout maintient sa candidature, l’incertitude demeure autour d’autres vice-présidents, Paulette Missambo, une des fondatrices du parti, et l’ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba, ou du (seul) député élu à l’Assemblée nationale en 2018, Maxime Minault Zima Ebeyard….la suite est réservé aux abonnés

Avec Jeune Afrique

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *