Opposition info

Dialogue politique entre l’opposition béninoise et Patrice Talon: Voici ce qui va se passer!

Des acteurs politiques et des responsables de la Société civile ont été unanimes sur l’organisation d’un dialogue inclusif et sincère pour régler les problèmes nés de la présidentielle du dimanche 11 avril 2021. Conseilleur du Chef de l’Etat, Lazare Sèhouéto assure d’une ouverture. C’est lors d’une soirée politique, jeudi 10 juin 2021 par la Fondation Friedrich Ebert-Stiftung (FES) à Cotonou.

Doit-on organiser un dialogue pour décrisper la situation socio-politique au lendemain de la présidentielle 2021 au Bénin? C’est l’une des préoccupations au centre d’une soirée politique qui a regroupé à la FES, Lazare Sèhouéto, conseiller spécial du président Patrice Talon et membre de l’Union Progressiste, Eugène Azatassou, membre du parti d’opposition « Les Démocrates », et deux représentants de la Société civile, Joël Atayi Guèdègbé et Ralmeg Gandaho.

Ne ratez pas ceci »»» Bénin : Les 06 propositions de l’opposant Guy Mitokpè à Patrice Talon

Cette soirée politique placée sous le thème : « La présidentielle 2021 : Et après? », a été l’occasion de revenir sur les solutions d’une sortie de crise à la présidentielle 2021 à laquelle l’opposition radicale n’a pas pu prendre part.

Cette présidentielle du dimanche 11 avril 2021 remportée haut les mains par le président Patrice Talon s’est déroulée dans un contexte marqué par l’arrestation avant et après le scrutin de plusieurs responsables de l’opposition.

Interrogé sur les solutions pour sortir le Bénin de l’impasse, Ralmeg Gandaho, président de l’ONG Changement Social Bénin, a déclaré que des assises nationales sont désormais nécessaires entre le président Patrice Talon et l’opposition. « Il faut qu’on s’asseye pour apprécier les problèmes. Le contexte est déjà assez crisogène et complexe.

Il faut qu’on s’asseye et que les acteurs se débarrassent de toute suspicion, de mensonges, de condescendance. Que chacun se regarde et qu’on se souvienne de ce que nous avons été », a-t-il affirmé.

Cet avis est partagé par Joël Atayi Guèdègbé, acteur de la société civile au Bénin. « Tout le monde convient qu’on ne peut pas être fier de continuer avec ces tiraillement-là. Il faut des assises. Il arrive un moment où tous les belligérants sont obligés d’aller à la table de discussion.

Le plus tôt serait le mieux pour faire des économies en termes d’invectives et de fissures définitives », a-t-il lancé. « Ce qui est faisable, il faut le faire déjà. Il n’est pas impossible que dans le contexte dans lequel nous sommes à moins de deux ans des législatives, nous prenons les résolutions de faire de ces législatives un nouveau point de départ pour notre démocratie », a-t-il renchéri.

Ne ratez pas ceci »»» Bénin : Des pistes de solutions pour réconcilier l’opposition

Joèl Atayi Guèdègbè se dit prêt à accompagner ce dialogue et demande à Patrice Talon d’en prendre l’initiative. Opposition et mouvance se prononcent Représentant l’opposition radicale, Eugène Azatassou se dit favorable à un dialogue franc et sincère avec le pouvoir du président Patrice Talon. Mais le vice-président du parti « Les Démocrates » souligne que le chef de l’État Patrice Talon doit montrer sa bonne foi pour un dialogue sincère en libérant tous les opposants arrêtés et en facilitant le retour au pays des exilés politiques.

« Il n’y a pas de problèmes, s’il pouvait avoir des médiations, il suffira qu’on rencontre le médiateur et qu’on trace un cadre et que si les conditions sont réunies, on puisse discuter. Moi, je n’ai pas de problèmes par rapport à ça et je crois que mon parti n’aurait pas de problèmes par rapport à cela », a ajouté Eugène Azatassou Du côté de la majorité présidentielle, Lazare Sèhouéto a déclaré que le président Patrice Talon est ouvert au dialogue.

« Les partis politiques et le chef de l’État sont ouverts à tout ce qui permettra au pays de résoudre les problèmes qu’il rencontre. Nous sommes ouverts à la médiation et aux discussions directes», précise Sèhouéto.

Avec Banouto

Add comment