Opposition info

Côte d’Ivoire – Élection législative 2021 : Quelles chances pour l’opposition ?

L’élection législative en Côte d’Ivoire aura lieu le 6 mars 2021 dans 205 circonscriptions électorales. Selon le gouvernement ivoirien, 10.759 lieux de vote et 22.135 bureaux de vote abriteront le scrutin. La campagne électorale s’ouvrira vendredi 26 février 2021 à 00 heure et prendra fin le lendemain, jeudi 4 mars 202, à minuit. 255 sièges sont à pourvoir. 

Après une élection présidentielle boycottée par une bonne partie de l’opposition, la Côte d’ivoire s’apprête à élire les représentants du peuple à l’Assemblée nationale.

Mardi 16 février 2021 à Abidjan, Alassane Ouattara, le président du RHDP, a investi les 254 candidats de son parti. « Je suis sûr que nous allons gagner avec une grande majorité. Vous avez ma bénédiction et mon soutien. Je sais que l’Assemblée Nationale sera aux couleurs du Rhdp », a-t-il triomphalement déclaré au cours de cette rencontre.

De l’avis de certains observateurs de la scène politique, le parti présidentiel fait figure de favori. Pour mémoire, des partis et mouvements politiques, réunis au sein du groupement EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté), proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, qui contestent la commission électorale indépendante, avaient boycotté la révision de la liste électorale en appelant leurs militants à ne pas se faire inscrire. Un acte aux conséquences prévisibles, qui les prive de facto d’une partie des votants par l’exclusion de certains de leurs militants, dont de nouveaux majeurs en âge de voter.

De son côté, le RHDP a enregistré de nouveaux inscrits sur la liste électorale. En Outre, les différentes élections organisées sous la présidence d’Alassane Ouattara ont été boycottées par le FPI proche de Laurent Gbagbo, laissant du coup le boulevard large au RHDP qui a consolidé son assise en remportant les élections dans les localités réputées proches de l’opposition. C’est le cas de certaines villes comme Agboville, Gagnoa, Lakota etc.

Mais l’opposition qui souffre des divergences de ses leaders, parviendra -t-elle à relever le défi ?

Des partis politiques, dont GPS de Soro Guillaume, ont décidé de boycotté l’élection au motif qu’ils refusent de reconnaitre le pouvoir d’Alassane Ouattara. Le COJEP de Charles Blé Goudé, Le FPI de Pascal Affi N’guessan et l’URD de Danielle Boni Claverie ont  abandonné le PDCI d’Henri Konan Bédié et le FPI de Laurent Gbagbo. Leurs griefs sont exprimés par la présidente de l’union républicaine pour la démocratie : « Ce à quoi nous assistons aujourd’hui se confond terriblement avec ce que nous dénonçons chez nos adversaires, à savoir un goût prononcé pour le « restaurant », où la vision porteuse de l’intérêt général se réduit à une lutte acharnée pour un morceau de gâteau. Oubliées les listes communes, adieu à la solidarité, à la cohésion qui donnaient ainsi des chances à l’opposition unie de l’emporter. Malheureusement, sous l’impulsion hégémonique des 2 grands partis que sont le Pdci et le FPI de Laurent Gbagbo, les alliés sont écartés sans ménagement, avec beaucoup de mépris », a dénoncé Danielle Boni Claverie.

Dans ces conditions, de toute évidence, les adversaires du RHDP, qui veulent reconquérir leurs bastions traditionnels et gagner d’autres sièges à l’Assemblée nationale, ont du pain sur la planche. En effet, le manque de vision commune de ses leaders leste l’opposition d’un boulet qui peut lui être préjudiciable.

Avec Tribune Ouest

Add comment